Projet « PanadelRio » au Perou avec l’ONG Enfants du Rio- Avril 2016


1- Contexte

A Lima, comme dans beaucoup de grandes villes du monde, des centaines d’enfants vivent complètement livrés à eux-mêmes. Ils ont fui leur foyer (violence, pauvreté, familles recomposées…) pour trouver refuge dans la rue, loin de chez eux. Regroupés dans différentes zones de Lima, parfois dans les égouts, dans des conditions d’hygiène catastrophiques, ils sont connus sous le vocable peu flatteur de « piranitas »(petits piranhas). Ils vivent de petit larcins qui leurs permettent de se nourrir, mais surtout de se procurer de la drogue, et tentent ainsi de s’échapper et d’oublier leur détresse. Ils se cachent de la police qui effectue régulièrement des rafles (les « batidas ») et les chassent du centre-ville.

Dans ce contexte l’association Enfants du Rio et son partenaire local Ninos del Rio cherchent à permettre aux enfants de la rue de retrouver une estime d’eux même et de reprendre confiance en eux dans le but de pouvoir se construire des objectifs de vie et un futur meilleur. La mission de Ninos del Rio est d’apporter un soutien aux enfants et adolescents en situation de rue, drogue et d’exploitation sexuelle. Pour cela, l’association a mis en place différents programmes complémentaires ayant pour but de conduire l’enfant ou l’adolescent à retrouver une vie digne et devenir autonome.

 

  • 1er niveau d’intervention : les sorties et les suivis de rues ;
  • 2ème niveau d’intervention : La Casa Taller (Centre d’accueil de jour) ;
  • 3ème niveau d’intervention : Maison d’accueil – Foyers ;
  • 4ème niveau d’intervention : le suivi d’un projet de vie.

La transition entre la rue et les foyers est extrêmement difficile. Il est très difficile pour un enfant de quitter un mode de vie extrême en renonçant à sa « liberté », à la drogue et aux amitiés de la rue, pour s’adapter à une structure collective et nécessairement contraignante. Par conséquent, il est très fréquent que l’enfant retourne dans la rue après un séjour en foyer. Le principe le plus important sur lequel est basé notre foyer est le principe de «puertas abiertas » (portes ouvertes). Les jeunes ne sont pas enfermés dans la maison d’accueil, ils ont le choix de la quitter s’ils le souhaitent. Ainsi, tous les jeunes arrivent et restent à la maison de leur propre gré, ils s’engagent envers eux-mêmes parce qu’ils comprennent que ce choix est dans leur intérêt et eux seuls peuvent choisir de changer leur vie.

La plupart de ces jeunes ont abandonné l’école très tôt et certains ne peuvent pas réintégrer le circuit scolaire. Cependant, sans perspectives d’avenir, sans un travail leur permettant d’avancer et d’acquérir une autonomie, les jeunes risquent de replonger dans la drogue et retourner dans la rue. Ils ont donc besoin d’une formation professionnelle pour construire un projet de vie.

L’association les accompagne dans la construction de ce projet et sur la voie de l’autonomie, elle souhaite aujourd’hui leur proposer une possibilité de se former professionnellement, d’obtenir des compétences valorisables sur le marché du travail pour obtenir un travail digne et devenir indépendant.

Le projet Panadelrio s’est construit naturellement au fur et à mesure que les activités de l’association se développaient. En effet, la maison d’accueil de jour àLima, appelée la Casa Taller, est un lieu où sont organisés quotidiennement des ateliers divers comme par exemple des ateliers de cuisine.

A travers ces ateliers, Enfants du Rio a alors pris conscience que mêler ateliers de cuisine et ventes semblait être une voie efficace pour permettre aux jeunes de se former et de se réinsérer professionnellement et socialement ainsi que de développer une activité génératrice de revenus. L’équipe a alors commencé à travailler sur un projet «Boulangerie», l’idée étant d’ouvrir un lieu au public où seraient vendus des gâteaux, sandwich, jus de fruit et café.

Depuis six ans, un groupe d’étudiants de l’ESCP Europe (école de commerce à Paris) se rend à Lima chaque été afin de réaliser une mission humanitaire. En 2013, le groupe a investi dans un four à chaleur tournante à sept étages et un pétrin, dont l’association se sert déjà régulièrement, le projet commençait alors à se dessiner. Cependant, ce matériel reste sous- utilisé et représente un coût d’opportunité puisqu’il engage des dépenses d’entretien.

Pour rentabiliser cet investissement, Enfants du Rio souhaite utiliser ces machines au maximum de leurs capacités. D’autre part, les jeunes suivis par l’association sont en demande de formation et nous pourrions ainsi leur en proposer une avec débouchée au sein de l’association.

 

2-OBJECTIFS DU PROJET

 Objectif Général :

L’association Enfants du Rio souhaite ouvrir trois points de vente ambulants « boulangerie – pâtisserie » solidaire.

L’objectif général est de réinsérer socialement et économiquement des jeunes de 14 à 18 ans, vivant dans la rue, en marge de la société et n’ayant aucune perspective professionnelle, en leur offrant des compétences valorisées sur le marché du travail, un emploi stable et une rémunération juste. Cette formation s’intègre dans un parcours plus large d’accompagnement des jeunes, impliquant un soutien socio-psychologique, éducatif et sanitaire. Il s’agit de la dernière étape du parcours de réinsertion, qui commence par les maraudes et la prise en charge du jeune dans nos foyers, et qui aboutit sur l’autonomie de l’individu dans la construction de son projet de vie.

Le projet permettrait donc à la fois d’être une activité de réinsertion à travers la formation professionnelle, créant du lien social au sein de la communauté locale mais également de générer des revenus dans une optique d’appui à l’autonomisation financière du foyer.

La notion de pérennité est au coeur même du projet : le but est de créer un cercle vertueux, la production permettant la formation et la réinsertion progressive des jeunes, qui seront donc en mesure de pouvoir vivre de leur activité, mais également de former d’autres jeunes du foyer. Les jeunes sont donc acteurs de leur propre développement, évoluant du statut de bénéficiaire de l’aide à celui de moteur du projet.

Objectifs Spécifiques :

L’acquisition de compétences :

Le cœur du projet est la réinsertion des jeunes des rues de Lima à travers la formation professionnelle et la transmission de compétences entre eux. Le premier des objectifs spécifiques est donc de faire de 36 jeunes (12 par an) de véritables boulangers pâtissiers ayant un savoir-faire reconnu et pouvant être valorisé sur le marché du travail.

L’autonomisation financière des jeunes :

Le processus d’apprentissage mis en œuvre au sein du projet PanadelRio débouche sur des activités génératrices de revenus, et donc sur de véritables créations d’emplois, le but est de permettre aux bénéficiaires de pouvoir vivre de leur métier et de ne plus avoir à recourir aux moyens de subsistance habituels des jeunes vivant dans la rue.

La dé-marginalisation des jeunes des rues :

Nous avons l’ambition de faire évoluer le point de vue de la communauté locale sur les enfants des rues. Avec 200 000 habitants, le quartier du Rimac représente une cible conséquente. Cette population, habituée à côtoyer les enfants des rues, reste empreinte d’un fort sentiment d’insécurité et d’une vision très négative des enfants des rues.

La pérennisation financière de l’association :

A l’origine de ce projet un constat économique : à l’échelle mondiale, la tendance actuelle est marquée par une diminution considérable des subventions. L’association Ninos del Rio a alors pris conscience qu’elle devait avoir des ressources économiques propres afin de ne pas dépendre des subventions, bien trop souvent éphémères et aléatoires. Ce projet serait un moyen pour l’association de générer ses propres revenus pour, sur du long terme, devenir autonome financièrement. En effet, nous espérons une rentabilité de la boulangerie après deux ans d’activités.

 

3- Bénéficiaires

Le projet cible 12 jeunes par an pendant 3 ans soit 36 jeunes.

4- Durée du projet

5 ans au total : le projet a débuté mi 2014 et s’achèvera en Février 2019.

 

5- Mise en œuvre

 

Etapes Date
Travaux et aménagement de l’atelier de production Du 25/09/2015 au 15/02/2016
Formation des jeunes en boulangerie-pâtisserie Du 15/02/2016 au 15/02/2019
Gestion du commerce, production et commercialisation des produits de la boulangerie-pâtisserie Du 01/03/2016 au 15/02/2019
Sensibilisation de la communauté à la problématique des enfants des rues Du 01/03/2016 au 15/02/2019
Evaluation de l’atteinte des objectifs sociaux et financiers du commerce Tous les six mois après le début de la formation des jeunes.

 

6- Viabilité du projet

Viabilité économique et financière :

Les coûs hebdomadaires pour l’achat des matières premières seront supportés dans un premier temps par Enfants du Rio et la Fondation Telefonica. Par la suite, les matières premières seront autofinancées par l’activité des boulangeries.

Visibilité sociale et culturelle :

Enfants du Rio attache une grande importance à la sensibilité culturelle de ses projets. En ce sens, le projet PanadelRio est pleinement adapté à la culture locale. L’idée même provient des membres de la communauté locale agissant en faveur des enfants des rues. Il s’agit d’un projet conçu et mis en application par des travailleurs sociaux, des artisans et formateurs locaux. La nature des activités mises en œuvre correspond à un secteur économique très implanté au Pérou.

Viabilité environnementale :

La protection de l’environnement est un point que Enfants du Rio souhaite mettre en avant, à travers différentes pratiques de réduction des déchets (utilisation de produits de saison et issus de circuits court, emballages recyclés…).

Un projet évaluable et ré-évaluable :

Une évaluation du projet est prévue tous les six mois avec un monitoring constant de la part des formateurs et éducateurs du foyer sur les deux axes suivants : évolution et suivi du projet de vie du jeune bénéficiaire et l’atteinte des objectifs sociaux et financiers en lien avec l’activité du commerce.

 

7– Budget

– Budget global :            14 857 €

– La Guilde du Raid :    10 163 €   soit 68.4% du budget Global

– TFD :                        4 694 €   soit 31.6% du budget Global

 

– Hors contribution :          224 €́   (coût démarches administratives)

8- Détail des activités sur lesquelles porterait le financement de TFD

La contribution de TFD de 4 694€ portera sur :

– Achat d’un chariot de vente ambulante 756€

– Achat gros équipement de cuisine 2093€

– Petit équipement de cuisine 1394€

– Réparation du batteur industriel 153€

– Matières premières 298€