Vietman: Développement économique et renforcement des capacités des collecteurs de déchets à Ho Chi Minh


Avec l’ONG Enda Europe, « Développement économique et renforcement des capacités des collecteurs de déchets à Ho Chi Minh, Vietnam »

Contexte et historique du projet

Enda Vietnam intervient depuis 10 ans en soutien aux collecteurs et recycleurs de déchets avec la Fédération du Travail d’Ho Chi Minh Ville (HCMC Labor Federation) et le Département des Ressources Naturelles de la ville (DONRE) responsable de la gestion des déchets solides. Enda Vietnam et Enda Europe ont développé, à travers le projet « Amélioration des revenus et des conditions de travail des collecteurs de déchets à Ho Chi Minh Ville, Vietnam » soutenu par Tourism for Development en 2013 une stratégie d’accès durable à l’inclusion sociale en promouvant la professionnalisation, la reconnaissance et l’autonomie des coopératives de travailleurs de déchets.

A/Collecteur de déchets : un métier précaire malgré des plus values environnementales et sociales certaines

A Ho Chi Minh Ville, 4000 pré-collecteurs indépendants travaillent dans le secteur de la gestion des déchets à la base, directement auprès des habitants. Dans un contexte d’augmentation rapide des quantités de déchets générés par la population, cette activité à bas coût permet d’enlever les déchets des quartiers difficiles d’accès, d’améliorer le taux de recyclage en ville et de faire vivre ces travailleurs pauvres, éloignés de l’emploi formel. Pour réussir à réguler ce secteur, la municipalité a engagé plusieurs politiques ces dernières années : obligation d’organisation en coopératives et syndicats, fixation du montant des redevances payées par les ménages (à la quantité), et interdiction progressive de l’usage de moyens de transport traditionnels pour imposer une modernisation des équipements. Si ces décisions ont permis une reconnaissance du métier, elles représentent aussi de nombreux facteurs de risques pour les collecteurs de déchets : leur capacité à moderniser leur activité, à s’intégrer aux systèmes de gestion formels et à négocier avec les autorités est limitée compte tenu de leur faiblesse en capital, social et économique. En l’absence d’initiatives de renforcement des capacités et d’accompagnement au changement, les travailleurs de déchets vulnérables risquaient d’être exclus du système.

Les vulnérabilités des collecteurs de déchets sont en effet nombreuses :
– Leurs revenus sont très faibles et dépendants de facteurs qui leur échappent (montant fixe des redevances pour le service, prix volatils des déchets recyclables revendus) : ils ne gagnaient au début du projet (données 2012) en moyenne que 120 à 140€ par mois, avec des variations très élevées (revenus mensuels identifiés entre 37€ au minimum et 180€ au maximum).
– Le développement de leur activité fait face à de nombreux obstacles: leur productivité est limitée par la faiblesse de leurs équipements, des décisions politiques défavorables, des risques sanitaires et un manque de capacités à s’organiser pour défendre leurs droits et dialoguer avec les autorités. – Leurs problématiques sociales sont multiples : absence de protection sociale alors que leur métier est à risque, niveau d’éducation faible, pauvreté et absence de perspectives. De surcroît, la plupart d’entre eux vivent dans l’exclusion : du fait de leur métier, mais aussi pour une majorité d’entre eux de leur statut de migrant, issus de minorités ethniques.
– Finalement, 40% des collecteurs identifiés sont des femmes, or leur accès aux segments les plus rémunérateurs du métier est limité, et leurs besoins en termes de santé maternelle, de garde et scolarisation des enfants, et de prévention des risques face aux violences, dans l’espace public et domestique, sont généralement minorés par les autorités et responsables de coopératives.

B/Stabilisation et renforcement des collecteurs de déchets : les acquis de la première phase du projet (2013)

Malgré ces vulnérabilités, ce métier reste essentiel face aux défis de la gestion des déchets dans les pays émergents, et porte des potentiels élevés, à condition que les obstacles identifiés soient progressivement levés. C’est pourquoi Enda Vietnam a engagé depuis le milieu des années 2000 une démarche de soutien aux travailleurs des déchets et de dialogue politique avec les autorités. En 2011, Enda Vietnam et Enda Europe s’engagent dans un programme multi-pays de promotion de l’inclusion sociale des travailleurs de déchets, et en 2013, le programme d’« Amélioration des revenus et des conditions de travail des collecteurs de déchets à Ho Chi Minh Ville » est mis en œuvre, avec le soutien de Tourism For Development.
Ce projet développait 3 socles essentiels: la formation, l’amélioration des revenus et la protection sociale. Reposant sur une stratégie de création de « groupe solidaires » à la base, de formation de formateurs issus des équipes dirigeantes des coopératives et syndicats et d’accès aux service de santé, le projet a permis le renforcement de 7 coopératives et 1400 travailleurs de déchets. Cette première phase a enregistré les principaux résultats suivants:
– Formation de formateurs et des travailleurs de déchets en cascade sur les thèmes : sécurité et santé au travail, protection sociale, gestion de projet.
– Etudes de marchés pour identifier les options génératrices de revenu et développer des plans d’affaire, mise en place d’un fonds de dotation à l’investissement.
– Accès à la santé, avec la généralisation de l’accès à la consultation médicale et aux vaccinations anti-tétaniques gratuites.
– Accès aux équipements de sécurité au travail et élaboration de plans de réduction des risques au sein de chaque coopérative.
– Plaidoyer envers les autorités locales pour obtenir une subvention durable de l’assurance santé des travailleurs, qui sera mise en œuvre en 2014 (70% de prise en charge) et lever les obstacles, légaux et administratifs, à leur activité
– Sensibilisation grand public, en réalisant notamment une exposition « photo voice » lors du Recycle Day, bénéficiant d’une couverture médiatique conséquente et permettant une prise de conscience des habitants sur les conditions de travail et de vie de ces travailleurs invisibles.
Le projet a été un succès, les objectifs initiaux de formations, de vaccination et d’accès à l’équipement ayant été dépassés, et le plaidoyer, pourtant une activité de longue haleine, a permis d’obtenir une avancée pérenne en reconnaissant le droit à l’assurance santé.

C/ Développement de l’autonomie économique et sociale des travailleurs de déchets : les priorités 2014.
Enda Vietnam prolonge en 2014 son accompagnement pour développer l’autonomie des travailleurs de déchets à long terme et mettre en œuvre des solutions innovantes pour améliorer leur productivité, les potentiels de commercialisation des déchets recyclables et d’amélioration des conditions de vie.
Capitalisant les avancées obtenues en 2013 et s’appuyant sur les mêmes groupes cibles, le programme de «Développement économique et renforcement des capacités des collecteurs de déchets à Ho Chi Minh Ville» vise à accompagner à l’autonomie les collecteurs de déchets. Le renforcement de capacités visera l’acquisition de compétences spécialisées pour la gestion de coopératives de déchets et la mise en réseau pour l’échange de bonnes pratiques et le plaidoyer. Sur le volet économique, le projet appuiera la mise en œuvre des plans d’affaire pour développer le recyclage, et de solutions innovantes pour améliorer la pré-collecte des déchets. Sur le volet protection sociale, la campagne d’accès aux soins de base sera finalisée avant un passage de relais aux autorités locales, les plans de réduction des risques au travail seront mis en œuvre et évalués.

Objectifs poursuivis

  1. Renforcer les capacités des collecteurs de déchets en promouvant la connaissance du cadre juridique, la prise en compte des enjeux de genre et le partage d’expériences.
  2. Améliorer les revenus des collecteurs par la mise en œuvre d’activités complémentaires génératrices de revenus et par l’amélioration de la productivité.
  3. Améliorer l’accès à la protection sociale et réduire les risques au travail

Les résultats attendus

Concernant le renforcement de capacités:

– 1400 personnes sont formées sur l’égalité femmes-hommes et les droits des travailleurs ;
– 7 coopératives sont mises en réseau.

Concernant les revenus:

– 3 plans d’affaires sont mis en place dans 3 coopératives.
– 10% d’amélioration des revenus

Concernant la protection sociale:
– 1400 collecteurs sont vaccinés contre le tétanos ;
– 1400 collecteurs ont bénéficié d’un bilan de santé ;
– 1400 personnes sont formées sur les plans de réduction des risques au travail ;
– 386 collecteurs ont accès à une assurance maladie volontaire.

Mise en œuvre et méthodologie

Enda Vietnam conserva la méthodologie participative développée en 2013. Le projet s’appuie sur la constitution de groupes solidaires d’entraide comme condition de la réussite du projet et de l’autonomie des groupements formés. Réalisés à partir d’une cartographie participative, ces groupes ont reçu en cascade des formations à la fois en termes économiques, techniques et sociaux.
Les formations développées en 2014 permettront d’aller au-delà de ces compétences fondamentales, pour permettre la compréhension de leurs droits et la capacité à les défendre, dans une optique d’accompagnement à l’autonomie. La stratégie vise à lever progressivement les obstacles identifiés en 2013 dans l’activité économique, le contexte juridique et les conditions de vie, pour chercher à stabiliser et améliorer les revenus. L’intégration d’une démarche genre au sein du projet permettra de lutter contre les inégalités femmes-hommes, renforçant l’objectif de diminution des facteurs de vulnérabilité.

Activités
Renforcement des capacités
1/Formation de formateurs pour les responsables de groupes solidaires

Bénéficiaires: 30 personnes, et indirectement 1400 personnes
Contenu: suite aux premières sessions de formation en 2013, répliquées de manière autonome, de nouveaux besoins ont été identifiés pour garantir l’autonomie des coopératives et syndicats. Deux nouveaux thèmes de formations seront développés:
– Formation juridique: Droits des travailleurs, code du travail, réglementation syndicale. Les coopératives et syndicats doivent acquérir une bonne connaissance des réglementations en vigueur, à la fois en tant qu’employeur, mais aussi pour permettre à moyen terme la négociation de contrats de prestation avec les autorités.
– Formation genre: égalité femmes-hommes, prévention des violences de genre. Des situations d’exclusion spécifiques ont été identifiées au niveau des femmes collectrices de déchets. Les formateurs des coopératives et syndicats seront sensibilisés à ces enjeux, pour convaincre de la nécessité de prendre en compte les besoins des femmes au sein de leurs programmes de réduction des risques au travail et de protection sociale. Une attention particulière sera donnée aux enjeux de violence de genre, facteurs de vulnérabilités.

2/Renforcement du réseau des coopératives de collecteurs
Bénéficiaires : 7 coopératives.
L’objectif est de créer une communauté d’entraide au niveau des 7 coopératives appuyées par Enda, selon une méthodologie participative équivalente à la création de groupes solidaires à la base. L’hypothèse est que le renforcement des liens entre ces coopératives formées est nécessaire à l’identification d’intérêts communs et leur défense.
Plusieurs sessions de partage d’expérience entre les coopératives participant au projet seront organisées, avec pour thèmes :
– Comment créer un groupe solidaire ?
– Partage de bonnes pratiques et des obstacles rencontrés
Création d’un réseau de coopératives. En parallèle, le succès de la participation au Recycle Day en 2013 a mis en valeur les liens pouvant être noués avec des bénévoles souhaitant appuyer la reconnaissance et la visibilité de ces travailleurs. De façon à garantir ces échanges dans la durée, représentant une ressource pour les coopératives, Enda Vietnam animera les relations et appuiera l’organisation d’actions de sensibilisation.

3/Plaidoyer pour défendre les droits des collecteurs de déchets

Le plaidoyer sera prolongé en direction des autorités locales. En 2013, il visait 3 objectifs principaux : la subvention de la couverture santé pour les travailleurs de déchets, l’autorisation de véhicules de transport de déchets non motorisés dans la ville, et l’augmentation de la redevance payée par les ménages pour la pré collecte. Sur le volet couverture santé, le service municipal DONRE s’est engagé à subventionner l’accès, Enda Vietnam suivra donc les modalités de mise en œuvre en 2014. Sur le volet «véhicules», le conseil municipal a été mobilisé sur cette question. Les échanges continueront pour justifier l’utilisation de tricycles par les collecteurs, plus adaptés aux ruelles et moins onéreux. Finalement, concernant la redevance de pré collecte, les sensibilisations grand public seront prolongées pour mobiliser les habitants et maintenir cet enjeu dans l’agenda politique.
Amélioration des revenus

4/Plansd’affaires
Trois plans d’affaire ont été produits en 2013, et un fonds de dotation à l’investissement créé. La validation des modèles de développement économique dans le recyclage et des décisions d’investissement sont des processus longs: les plans d’affaire seront effectivement mis en œuvre en 2014, en précisant les options génératrices de revenus pour chaque coopérative et détaillant les investissements nécessaires.

5/Amélioration des conditions de travail et de la productivitéLes principaux obstacles suivants avaient été identifiés comme limitant les revenus issus de la pré-collecte :

– Des matériels de pré-collecte insuffisants ou peu adaptés. Sur ce point, l’année 2013 a permis de procéder à une campagne d’équipement individuel des collecteurs ciblés. Il s’agit désormais d’améliorer les conditions de transport des déchets, en promouvant l’usage de tricycles adaptés. Cette activité répond à un besoin d’accélérer la pré-collecte pour toucher un plus grand nombre de ménages et faciliter le transport des déchets recyclables vers les junk shop, situés en périphérie du centre ville.
– Des déchets mélangés, non triés par les ménages. La nécessité pour les collecteurs de réaliser un tri entre déchets valorisables et non valorisables dans l’espace public pose des enjeux à la fois en termes sanitaires (risque de dispersion des déchets) et économiques (perte de temps). L’expérimentation du tri sélectif au niveau de ménages sensibilisés et volontaires permettra de faciliter le travail des collecteurs et d’augmenter sensiblement le potentiel de recyclage, le tri à la source évitant une contamination des déchets.
Protection sociale

6/Campagnesdevaccinationetvisitesmédicales
Bénéficiaires : 1400 collecteurs
Cette activité, lancée en 2013, a connu un grand succès, le nombre de collecteurs motivés pour accéder aux soins essentiels étant supérieur aux prévisions. Il s’agira tout d’abord de finaliser cette campagne, en garantissant pour chaque collecteur ciblé au moins 1 visite médicale suivie d’une vaccination (étalée dans le temps en plusieurs doses).
Cet accès est une condition de la pérennité du système de couverture santé à base volontaire (partiellement subventionné), car pour une proportion élevée des cibles, les pratiques de santé étaient principalement l’auto médication ou la médecine traditionnelle, et en général une sous estimation des symptômes. La promotion de ce droit universel et le développement de la médecine préventive rendent légitime l’habitude de contribuer financièrement à sa propre couverture santé.

7/Protection au travail
Bénéficiaires : 1400 collecteurs
Suite à l’appui de TFD en 2013, les collecteurs ciblés ont désormais accès aux matériels de protection individuelle au travail. Il s’agit en 2014 de finaliser les formations à l’usage, en cherchant à identifier les freins (certains collecteurs ayant un usage partiel des équipements). En parallèle, il s’agira d’articuler ces dotations avec les plans de réductions des risques au travail, élaborés en 2013 par les coopératives et qui seront mis en œuvre en 2014.
8/Accès à la protection sociale
Bénéficiaires : 386 collecteurs
Depuis 2013, l’accord a été obtenu pour que la ville subventionne l’accès à la couverture santé des collecteurs de déchets ciblés par le projet. L’année 2014 permettra de préparer la mise en œuvre de cette réforme conséquente dans la ville, Enda Vietnam faisant la jonction en apportant une subvention de 70% jusqu’au mois de novembre.

Beneficiaires du projet général
Ce projet prend la suite de l’action 2013, les bénéficiaires sont donc les membres des 7 coopératives avec lesquelles travaille Enda Vietnam, au nombre de 1400 collecteurs.

Partenaire local
Enda Vietnam, entité décentralisée de l’ONG internationale Enda Tiers Monde, a un accord de siège avec le gouvernement vietnamien depuis 1996 et intervient depuis 1998 dans l’appui aux collecteurs de déchets à Ho Chi Minh Ville.
Par ailleurs, DONRE est le Département des Ressources Naturelles et de l’Environnement de la commune de Ho Chi Minh Ville. C’est la structure publique responsable du service des déchets. Enda Vietnam et DONRE ont signé une convention de partenariat sur le projet dans laquelle ils s’engagent à accompagner les collecteurs dans leur professionnalisation.